Stratégie alimentaire synergique pour prévenir les infections à E. coli chez la volaille

24 avril 2024
PARTAGER :

L’industrie avicole est confrontée à une menace importante d’Escherichia coli, un agent pathogène capable de provoquer une infection systémique appelée colibacillose, qui peut entraîner des pertes économiques et des performances importantes à tous les niveaux :

Œufs contaminés

  • Faible taux d’éclosion
  • Explosion d’œuf
  • Contamination précoce des poussins

Augmentation de la mortalité et perte de croissance

  • Omphalite
  • Polyserositis
  • Diarrhée
  • Déshydratation
  • Perte d’appétit
  • Septicémie

Condamnation de carcasse

  • Aérosacculite
  • Cellulite
  • Septicémie
  • Cachexie

Pour y remédier, il faut adopter une approche multidimensionnelle, combinant des pratiques de gestion rigoureuses et des stratégies nutritionnelles innovantes. La clé est de réduire et d’éliminer les facteurs prédisposants qui contribuent à l’apparition et à la prolifération des infections causées par E. coli.

Mesures de biosécurité et de gestion :

Des mesures de biosécurité rigoureuses sont fondamentales et comprennent des protocoles de nettoyage et de désinfection approfondis, une qualité d’eau optimale et une bonne qualité des poussins dès le départ. Il est essentiel d’éviter des conditions telles qu’une humidité de l’air insuffisante, des vides sanitaires trop courts, une densité de stockage élevée, de stress thermique et de l’exposition aux mycotoxines. Alors que les antibiotiques étaient une pratique courante, ils peuvent entraîner une résistance aux antimicrobiens et font maintenant l’objet de restrictions de la part des consommateurs et du gouvernement. Il est crucial de trouver des solutions alternatives aux APC.

Stratégie nutritionnelle :

Des pratiques d’alimentation précoces et l’utilisation de matières premières de haute qualité font partie de la base d’un troupeau en bonne santé. Les régimes pauvres en protéines et l’inclusion d’additifs visant à renforcer la santé intestinale sont de plus en plus favorisés. Les additifs tels que les acides organiques, les huiles essentielles, les enzymes, les biofacteurs, les antioxydants, les minéraux et les probiotiques offrent une série d’avantages qui peuvent améliorer les défenses naturelles des oiseaux.

 

Parmi les solutions prometteuses figure l’utilisation combinée d’enzymes protéase et xylanase avec un mélange d’acides organiques et d’huiles essentielles.

La Protéase Jefo est une protéase à plusieurs composants qui améliore la digestion des protéines et la santé intestinale en assurant l’intégrité de la structure des villosités, réduisant les protéines non digérées disponibles pour les agents pathogènes et minimisant les métabolites toxiques. Cela empêche la translocation d’E. coli vers les organes extra-intestinaux et atténue l’inflammation intestinale.

La Xylanase Jefo, quant à elle, produit des arabinoxylan-oligosaccharides (AXOS), qui modulent de manière positive le microbiote de la volaille. Ces composants prébiotiques sont utilisés par les bactéries bénéfiques pour la croissance, offrant ainsi un effet prébiotique et réduisant la pression exercée par des agents pathogènes tels que E. coli, Campylobacter, Salmonella et Clostridium perfringens.

Les Acides Organiques et Huiles Essentielles Protégés Jefo agissent directement contre l’E. coli pour réduire sa prolifération, modulent plus efficacement le microbiote intestinal, réduisent la perméabilité intestinale et empêchent la propagation d’E. coli aux organes extra-intestinaux. De plus, ils atténuent l’inflammation intestinale et modulent les réponses inflammatoires et immunitaires, contribuant ainsi à la santé intestinale globale.

Conclusion :

En conclusion, la meilleure façon de lutter contre la bactérie E. coli chez la volaille est d’adopter une stratégie intégrée qui combine une gestion optimale de la ferme et de la biosécurité avec des interventions nutritionnelles avancées pour assurer la santé et la productivité des exploitations avicoles.

Contactez
un expert
Jefo
Contactez-nous
24 avril 2024
PARTAGER :

ARTICLES ET BILLETS DE BLOGUE

Vous pourriez également être intéressé par les publications suivantes

Améliorez le bien-être et la production porcine pendant l’été grâce à la gestion et à la nutrition

Avec l’arrivée de l’été, la chaleur devient une préoccupation majeure pour les éleveurs en raison de ses conséquences sur la…

Le stress thermique n’est pas cool – Le rôle des additifs alimentaires

Le stress thermique est une préoccupation majeure pour les éleveurs, affectant à la fois les poulets de chair et les…

Jefo Cycle : la reproduction animale n’est pas un jeu d’enfant

Jefo Cycle : la reproduction animale n’est pas un jeu d’enfant…